RechercherAccueilMembresS'enregistrerConnexionFAQGroupes

Partagez | .
 

 Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zora Read

Chien du Gouvernement
Chien du Gouvernement
avatar

Messages : 38
Points Omega : 6
Fonction : Cuisinière.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Zoan Légendaire du Kirin
Capacité 2:

MessageSujet: Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]   Jeu 22 Aoû - 17:19

Clop*Clop*Clop* - Zora remontait la route qui menait du port au centre de Loguetown sous une pluie battante. Il était tard et les intempéries étaient en partie responsables du manque d'activité dans les rues. En fait, c'était un euphémisme, elle n'avait concrètement croisé que un vieillard et son chien qui lui,pataugeait gaiement dans les flaques d'eaux. Elle avançait seule dans la nuit noire, avec son petit baluchon qui contenait quelques effectifs personnels sans grande valeur, et pour seul compagnon le bruit de ses talons qui résonnait sur le pavé mouillé. Elle dérapait de temps en temps mais arrivait toujours à se rattraper de justesse. Ces chaussures étaient peu pratiques pour quelqu'un qui avait décidé de vouer sa vie à la mer, les embruns sur un pont de bateau produisant les mêmes ratés qu'un sol mouillé. Mais bon, il fallait le dire, Zora était une femme soignée, un peu allumeuse diront les mauvaises langues, et même si ses habits ne convenaient pas à l'emploi qu'elle en faisait, elle ne s'en plaignait jamais car ils lui offraient bien d'autres avantages.

Elle connaissait bien Loguetown pour y avoir fait escale plusieurs fois lorsqu'elle était Pirate, puis par la suite en tant que membre de la Marine, il n'y a pas si longtemps de cela. Elle n'avait jamais vu les rues de la ville aussi désertes et pourtant, elle les avait arpenté à tout heure du jour et de la nuit. Non, cette fois-ci, la cause en était au temps. La pluie et les vents qui s'engouffraient dans la ville était certainement annonceur d'une tempête, mais ça, la brunette n'en savait rien. Elle était cuisinière pas navigatrice. Son truc c'était les sandwichs, les boites repas et les buffets, pas les boussoles, les cartes ou les compas. Elle n'avait jamais cherché à s'y intéresser, peut-être le ferait elle plus tard lorsqu'elle en aurait l'occasion ou quand elle en éprouverait le besoin, la nécessité. Après tout elle n'avait encore que la vingtaine, elle avait le temps pour apprendre.

Elle arriva après une énième glissade devant une enseigne qui battait de concert avec les rafales de vents. Elle ne pouvait identifier ce qu'il y avait écrit dessus mais le bruit et la lumière qui s'échappait du bâtiment lui firent pensé à une auberge ou tout du moins un endroit où se restaurer. Elle poussa donc la lourde porte en chêne, fit un pas dans l'établissement - ce qui confirma son ressentit sur la fonction de celui-ci - et enleva son manteau de marine, dévoilant sa fine silhouette aux personnes présentes - une quinzaine en tout -. Comme d'habitude, les mâles la regardèrent d'un air béats tandis qu'elle avançait, croisant méthodiquement ses jambes fuselées l'une devant l'autre, se dirigeant vers le comptoir. Elle tira le tabouret en arrière et s'y assit en souriant à la tenancière - l'exact opposé de Zora en terme de physique - et sans se soucier des sifflets admiratifs mais étouffés, entama la discussion de son ton presque érotique.

- Bonjour je cherche un endroit où me loger cette nuit. Je viens d'arriver de North Blues et il est difficile pour moi de dormir dehors sous cette pluie battante.

L'autre la considéra d'un œil méfiant, regarda la horde de chiens en rut qui bavait sur son parquet, les yeux fixés sur la jolie jeune femme, puis éclata de rire.

- Bien sur que vous pouvez dormir ici! Alors comme ça vous êtes Marine? Et vous venez de North hein? Qu'est ce qui vous amène ici? Pas un de ses lascars qui traînent dans mon auberge j'espère!

- Oh non je ne suis plus Marine à vrai dire. Mon uniforme prête à confusion je peux vous le concéder c'est pour ça que j'ai mis un cœur dessus mes grades, même si je n'étais presque personne. À vrai dire, je suis à la recherche d'un équipage, je suis cuisinière et j'ai quelques autres talents cachés dirons nous...

À ses dernières paroles, le sang des hommes présents dans la pièce ne fit qu'un tour, une cohue commença dans la pièce et la plupart se précipitèrent sur Zora, voulant immédiatement faire signer la bimbo... Talents cachés? Un vilain qui quiproquo dont elle se serait bien passée. Les cornes et la queue poussèrent naturellement chez la belle, plus par panique que par volonté et le désordre cessa immédiatement. La jeune femme calma les instincts bestiaux de son Zoan qui commençaient à l'envahir et se contenta d'observer la foule de son regard bleu azur, un homme moustachu attira son attention. Il était le seul à être resté de marbre depuis que la belle avait fait son entrée et ce jusqu'à maintenant. Il se contentait de manger sa soupe de champignons, sans regarder nul autre part que sa cuillère. La jeune femme tilta et se leva de son tabouret pour le rejoindre, intriguée par tant d'indifférence. Non pas qu'elle était vexée ou vaniteuse que l'homme soit insensible à ses charmes, non bien sur, mais cela l'intriguait au plus haut point. Elle s'assit donc à l'opposée de la table.

- Bonjour je suis Zora Read et je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que vous pourriez m'aider. Je cherche un équipage.

De simples mots, mais elle disait vrai. Elle savait que cet homme allait changer son avenir et que d'une manière ou d'une autre, malgré son aspect bourru, leurs destins étaient mêlés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill F. Rikart

Berserk de Justice
Berserk de Justice
avatar

Messages : 59
Points Omega : 6
Fonction : Capitaine.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Force surhumaine
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]   Sam 24 Aoû - 6:24

Pfeuh ! Temps de merde ! Molly, sers-moi une soupe de champignons tu veux !
Tout de suite Bill.


La porte claque derrière lui, qui avance de quelques pas, avant de balayer la pièce du regard. Un grommellement s'échappe d'entre ses lèvres en découvrant le même ramassis de poivrots qu'hier soir. Ces ivrognes feraient mieux de trouver un travail au lieu de remplir inutilement cet endroit. Ils vont finir par masquer la cible qu'il attend depuis une bonne semaine déjà. Soit, le Rikart s’avança jusqu'à sa table, où l'attendait déjà une assiette pleine et une cuillère prête à l'emploi. Sacré Molly, efficace pour son poids. Dégoulinant, les trombes d'eau qui tombent dehors l'ayant trompé des pieds à la moustache, il prend place sans même s'excuser de la merde qui se répand sur ses pas. Il s'en fout complètement, pour tout dire. L'autre guignol à la face de rat ne va pas tarder à venir nettoyer de toute manière. Cuillère en main, le corsaire grogne un coup et entame son repas. Il ne relèvera pas le nez de son assiette avant d'avoir fini.

C'est infecte, voilà ce qu'il pense de la soupe aux champignons, seulement c'est toujours moins infecte que toute la nourriture du monde, alors il mange et ferme sa gueule. Et pourtant, Bill n'a jamais su apprécier le goût de la bectance, il est ainsi. Pendant qu'il tire la gueule en engouffrant le plat de l'autre mégère, la porte s'ouvre de nouveau. La moustache de l'ancien marine se lève de concert avec le reste de son visage grassouillet, tandis qu'il mire l'entrée du bar. Évidemment qu'il zieute l'entrée, il ne voudrait pas rater l'arrivée de l'autre couillu. Un grognement fait trembler sa gorge en découvrant que ce n'est pas lui, mais une femme. Mortecouille. Sept jours déjà, il fout quoi ? La gonzesse soulevant autant d'intérêt chez le colosse qu'un caniche à poils longs, il replonge son large pif dans ses champignons. Tout autour de lui, les clients s'emballent, probablement que la nouvelle leur fait de l'effet. Il s'en contrefout. Tant qu'elle ne provoque pas une émeute, il ne bronchera pas.

Elle pourrait se foutre les miches à l'air qu'il ne sourcillerait pas. Les pimbêches ne sont vraiment pas son genre. Il s'contente de becter. Et d'écouter c'qu'il s'dit à côté, des fois qu'il attraperait au vol une info' intéressante sur ce bâtard. L'autre est marine, elle doit forcément savoir des choses. Ou pas. Ancienne marine, tout comme Bill. Cuisinière à la recherche d'un équipage. Le furieux décroche totalement de la conversation, cela ne l'intéresse déjà plus. Il grogne.

Bonjour je suis Zora Read et je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que vous pourriez m'aider. Je cherche un équipage.

Un silence en guise de réponse. Ou plutôt non. Le bruit désagréable d'un homme qui mange sa soupe de la plus bruyante des manières. Homme qui ne semble prêter aucune attention à Zora, qui aura quand même eu le courage de venir le déranger lors de sa bouffe. Molly le sait, la petite aux courbes généreuses va passer les dix moments les plus douloureuses de son existence. Un faciès boursouflé se redresse lentement pour faire face au joli minois de la Read. Pas un sourire. Rien. Uniquement deux petits yeux bleus qui la dévisagent, une moustache qui frétille et des sourcils froncés. Elle cherche un équipage qu'elle dit. Et elle vient voir le Rikart. Les jeunes de nos jours ne savent plus dans quoi ils mettent les pieds, il est vrai.

Ancienne marine qui voudrait rejoindre un équipage. Dis un peu, Zora Read, tu es une pirate ?

De sa réponse dépend la suite de cette conversation. Elle peut donner la réponse attendue au paysan et se voir le droit de répondre à de nouvelles interrogations. Tout comme il lui appartient le droit de mal répondre et d’accueillir dans les secondes qui suivront, l'énorme poing du corsaire dans sa jolie petite gueule. Cela pourrait paraître brutal, mais ainsi est Bill F. Rikart. Sans pitié. Encore moins lorsqu'il s'agit des femmes. C'est déjà un miracle que celle-ci soit encore assise à sa table et qu'il daigne ouvrir la bouche pour lui faire la causette. Attentif aux mots de la demoiselle, il termine son assiette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zora Read

Chien du Gouvernement
Chien du Gouvernement
avatar

Messages : 38
Points Omega : 6
Fonction : Cuisinière.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Zoan Légendaire du Kirin
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]   Sam 24 Aoû - 8:20

Un vrai ours. Voilà ce que pensait Zora en regardant l'homme au physique peu attirant. À sa phrase, il c'était contenté de répondre par de désagréables bruits de d'aspiration qu'il produisait en mangeant sa soupe, sans lever ne serait-ce qu'un moment sa face bouffie de son bol. Pour ce genre de personnes, il n'y avait aucune solution, du moins la brunette le pensait à cet instant et elle amorça son départ en levant son auguste postérieur de la chaise, une moue boudeuse au visage. Il faut dire qu'elle marchait beaucoup à l'intuition et que là, elle avait cru en avoir une bonne en s'adressant à cet homme et visiblement elle s'était trompée. Tant pis, elle irait voir ailleurs, cet homme en salopette rouge n'était pas enclin à satisfaire son goût de l'aventure.

Et pourtant, un mouvement du colosse la stoppa dans son départ précipité vers la chambre qui l'attendait à l'étage de l'auberge. Une goutte de soupe coula lentement de la moustache alors qu'il relevait la tête pour enfin daigner regarder la jeune femme. Il avait le faciès d'un homme fort de caractère. Le genre de personne qui avait traversé des épreuves et qui pourrait dire à ses petits-enfants - si tant est qu'il en ait un jour - : "J'en ai chier dans ma vie" et en suite raconter ses histoires. Du moins c'est ce que Zora voyait en lui sur ce simple contact oculaire. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'il n'ouvre la bouche. Une simple question.

- Je ne suis rien pour l'instant. J'ai été dans la Marine et avant cela, dans mon plus jeune âge j'ai été embarquée contre mon grès sur un bateau pirate où j'ai été éduquée.

Elle se doutait que les mots qu'il avait prononcé étaient lourds de sens. Il n'aimait pas les pirates. Mais cela ne faisait rien pour elle. Elle ne les aimaient pas particulièrement non plus. Après il fallait distingué les équipages sanguinaires et ceux qui se comportaient comme des justiciers et qui reversaient le butin aux pauvres. Malheureusement cette deuxième catégorie se faisait de plus en plus rare. Elle observa un moment de silence, guettant la réaction de son interlocuteur qui continuait à manger sa soupe de champignon.

- Si vous m'avez posé la question, il est évident que vous n'êtes pas un pirate vous même. Pire, vous semblez les détester. Je ne demande pas de connaitre les raisons de cette haine, si je ne me trompe pas. La mer me manque et je ne suis pas une meneuse d'hommes, je cherche des personnes avec qui je formerai un équipage pour découvrir le monde. Accessoirement je suis plutôt bonne cuisinière et aussi...Je casse des bouches!

Ces derniers mots elle les avait dit en poussant un petit cri de surprise. Un homme, c'était glissé furtivement  jusqu'à en dessous la table et avait posé ces paluches sur les douces jambes de Zora. Même si elle était habituée à toutes sortes de remarques, elle ne tolérait pas ce genre de comportement à son égard. Surprise par le contact de la paume glacée de la main avec la chaleur de ses cuisses, elle poussa un petit hurlement qui accentua ses paroles, qu'elle illustra immédiatement d'un coup de talon sur le visage de l'insolent. Un petit cri de douleur et l'autre détala de sous la table comme un chien, saignant abondamment du nez. La belle reprit son calme. Voilà qui devrait calmer les ardeurs des autres membres de la gente masculine présents dans la pièce, excepter l'homme à la salopette rouge  qui, lui, semblait se ficher que la jeune femme tienne de la sirène ou du thon.

- Puis je vous demander votre nom?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill F. Rikart

Berserk de Justice
Berserk de Justice
avatar

Messages : 59
Points Omega : 6
Fonction : Capitaine.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Force surhumaine
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]   Lun 26 Aoû - 15:53

Bill laissa échapper un son, quelque chose se rapprochant d'un grommellement, mais qui traduisait en vérité tout autre chose. S'il avait su comment faire, il aurait claqué un sourire au petit minois de la gamine. Gamine oui, c'est toujours ainsi avec notre corsaire grognon, tout le monde est plus jeune que lui. Toujours est-il que la réponse de Zora ne manqua pas de l'amuser. Cette petite avait du plomb dans la tête, un bon point pour elle. Elle n'avouait pas avoir fait partie de la piraterie, tout comme elle mentionnait son passage dans la marine. En tant qu'ancien défenseur de la justice sous l’emblème de la marine, désormais sous aucun emblème, forcément qu'il appréciait d'avoir face à lui une ancienne collègue. Ou quelque chose dans le genre. Car elle restait une femme et que le Rikart n'aimait pas trop avoir affaire avec elles.

Il n'arrête pas son geste qui est le même depuis maintenant cinq bonnes minutes. Tant que la cuillère se remplira, le Rikart mangera. Et la Read parlera. Elle cause du Furieux, de sa faction, de sa haine envers les pirates. Et à chaque fois, elle tape dans le vrai, il n'a pas une seule fois à la corriger. Jusqu'au moment où elle commence à expliquer les raisons qui la poussent à vouloir intégrer un équipage. La mer lui manque. Cela tombe bien, notre mastodonte en salopette n'a jamais foutu les pieds sur un navire. Pas une fois, en pratiquement trente ans. Et il ne cachera pas que l'idée lui taraude l'esprit depuis plusieurs mois déjà. Seulement voilà, depuis qu'il est passé de l'autre côté des justiciers, de ceux qui vont jusqu'au bout pour l'appliquer, il est complètement seul. Pour un gars qui n'y connaît rien à la navigation, ni comment faire avancer un bateau, prendre la mer est impensable.

Du moins, jusqu'à aujourd'hui. La petite, elle sait y faire elle, enfin elle devrait. Et si ? Hum ? Qu'est-ce qu'elle a hurlée comme une vierge à qui on tente d'apprendre comment ôter une robe sans se servir de ses mains ? Oh. Parce qu'elle n'est pas loin d'être dans le même cas, là, maintenant... Bordel de. Qu'est-ce qu'il fout sous la table, celui-là ? Il veut se rincer l’œil en douce le sale merdeux ! Le moustachu lâche sa cuillère qui plonge dans un fond d'assiette qui n'en avait plus pour longtemps avant d'être vide. D'un air mauvais, il observe le coupable sortir de sous la table, le groin ensanglanté, la bosse au pantalon, pour aller se réfugier auprès de ses amis pervers. C'est une belle bande de crevard qui n'ont pas touché une femme depuis dix ans qu'on a là-bas. Silencieux, le Rikart ne prendra pas la peine de répondre à Zora ou de l'informer de ses intentions.

Il se lève, tête basse, regard noir dissimulé dans l'ombre de sa casquette, les poings serrés. En quelques lourdes enjambés, il atteint les quelques poivrots avec lesquels boit l'autre abruti. Alors comme cela on veut caresser les jambes d'une jeune femme sans sa permission et on espère que Papa ne dira rien ? Que dalle. C'est l'heure de la fessé mon gaillard, j'espère que t'as amené un dentier pour remplacer les dents qui vont tomber. De son épaisse paluche, il attrape le crâne du fautif, un gars gringalet et complètement excité depuis son exploit. Le nez qui pisse encore le sang. Il gémit lorsque le berserk de justice le soulève pour coller son visage à hauteur du sien. Qu'il observe à quel point Papa n'est pas content. Il transpire, il n'est pas confiant. Bien. Très bien. C'est ainsi qu'il retiendra la leçon. Sans crier gare, le paquet bien en main, le bras de Bill se lève haut pour mieux retomber avec plus d'élan.

Et amener la face de rat de cet idiot s’encastrer dans le bois dur de la table. Qui craque et cède sous l'impact. Pour Bill, l'histoire est terminée. Il retourne s’asseoir devant la demoiselle, afin de terminer sa soupe de champignons. Quant au malheureux qui a reçu une leçon, il est à terre, groggy au milieu des débris, la trombine en sang et poussant quelques gémissements de douleur. Il restera traumatisé par cette expérience durant de longs jours.

Zora Read, tu veux prendre la mer, mais t'as quel âge ? Je ne prends pas les mineurs avec moi, je ne veux pas avoir la marmaille sur les bras lorsque commencera l'épuration des mers. Tu me suis ?

Il n'a pas dit oui. Il n'a pas répondu négativement. Il laisse entrevoir la possibilité qu'il pourrait la prendre dans son équipage. Enfin pour cela, il faudrait déjà qu'il en ait un, d'équipage... Il écoute sa réponse, termine finalement sa soupe, avant d'enchaîner.

Tu dois aussi savoir dans quoi tu t'embarques en me suivant. Je ne suis pas pirate, ni même marine. Corsaire, tu connais ? Voilà ce que je suis. Longue histoire. J'avais pas pour projet de naviguer avant quelques semaines, mais pour toi, je pourrais avancer mon départ de cette ville, seulement si on règle une affaire avant de partir. Ce sera une occasion de voir si tu ne seras pas qu'un poids pour moi.

Et au boursouflé de la fixer des yeux, en attendant un possible refus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zora Read

Chien du Gouvernement
Chien du Gouvernement
avatar

Messages : 38
Points Omega : 6
Fonction : Cuisinière.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Zoan Légendaire du Kirin
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]   Mer 28 Aoû - 17:15

Zora observa le moustachu se lever, et se diriger vers l'homme qui avait voulu souillé ses douces cuisses de ses mains sales. Pour le reste de l'action, elle ne regarda pas mais elle entendit. Un glapissement de cochon qu'on étouffe, un bruit sourd, puis le bruit de bois qu'on fracasse. Quand elle rouvrit ses paupières de la même façon qu'une fillette qui vient de voir un monstre dans un film, l'homme à la salopette rouge c'était rassit à la table et finissait son repas qui semblait peu appétissant. Elle se retourna légèrement pour voir qu'une petite troupe entourait une table démolie où trônait le malotru. Elle soupira en secouant la tête. Les pervers, elle les connaissait, le plus souvent elle les ignorait et s'ils se montraient trop aventureux, elle les démolissait...bon pas aussi violemment que son interlocuteur. D'ailleurs celui-ci s'adressait de nouveau à elle. Ses joues se rosies d'indignation: il ne voyait donc pas que son corps n'était pas celui d'une enfant? Certes, la jeune femme était de petite taille mais enfin, il fallait être aveugle pour voir qu'elle avait largement dépassée l'adolescence, du moins physiquement.

- J'ai 22 ans et même si j'avais été mineure, cela ne m'aurait posé aucuns problèmes de vous accompagner. La mer, j'y suis depuis que j'ai l'âge de six ans, depuis l’événement avec un grand E, le jour où j'ai mangé mon fruit du démon sur le bateau pirate. J'y ai fait mes gammes et même si je suis beaucoup moins âgée que vous, ne le prenez pas mal, j'ai une expérience profonde de l'océan.

L'autre l'écoute, sans rien dire, en se sifflant ce qui reste de sa soupe où flottait les derniers restes de champignons à pois rouges et il enchaîne. Ainsi il était corsaire? Ça allait très bien à la brunette. Du moment qu'elle prenait le large et qu'il la mènerait là où il y avait de l'action. Elle opina du chef. Et elle se leva.

- Corsaire? C'est comme Marine mais avec des libertés en plus? Ça me convient parfaitement. Quel est votre but dans cette profession? Exterminer les pirates? Ça me va. Faire chier les Marines? Idem. Une affaire vous dites? Je vous suit.

Elle trépignait d'impatience, comme une gamine qui a envie d'allez aux toilettes. Zora n'était pas une midinette quand il s'agissait de se battre, elle aimait particulièrement ça. L'aventure l'appelait, elle le sentait et la queue de son Zoan se manifesta, la flammèche luisant sous le regard des personnes présents dans la pièce. Elle observait l'homme avec insistance, qui lui ne bougeait pas. Voyant qu'il n'était visiblement pas pressé, elle se rassit.

- Au fait, je suis cuisinière, plutôt douée d'après certains dires. J'espère que vous avez bon appétit...Capitaine...Capitaine comment d'ailleurs?

Elle lui avait déjà demandé et lui, avait éludé la question avec sa petite prestation. Cet homme semblait d'une force peu commune. Rassurant, et en même temps effrayant. Pour le moment elle prenait des pincettes avec lui. Essayer de lui arracher des sourires...On verra ça plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill F. Rikart

Berserk de Justice
Berserk de Justice
avatar

Messages : 59
Points Omega : 6
Fonction : Capitaine.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Force surhumaine
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]   Ven 30 Aoû - 10:49

Moi si, ça m'aurait posé problème. Je te l'ai dit, j'ai horreur de jouer les baby-sitters, je ne prends pas de gamine pas foutue d'se défendre dans mon équipage. Enfin, d'après ce que tu dis, tu devrais t'en sortir.

Il ne prenait pas mal ces propos, comment aurait-il pu ? Il n'était pas du genre à se vexer sur un sujet aussi banal. Son âge était bien le dernier de ses soucis, alors que cette jeune femme le trouve vieux ou non ne changeait pas son humeur du moment. Une profonde expérience de l'océan ? Tant mieux, cela serait plus facile encore pour le Rikart de l'accepter sur son navire. Chose qu'il n'avait pas encore, tout comme l'équipage, mais cela, il se gardait bien d'en faire part à la demoiselle. Elle n'avait nullement besoin de savoir. Après tout, il lui suffisait seulement de trouver un nom pour que l'équipage voit le jour. Il n'avait pas le temps d'y réfléchir dans l'immédiat, mais rangeait le tout dans un coin de sa tête.

J'ai cru entendre une information assez importante sur ton compte, petite. Tu as mangé un fruit du démon, c'est bien cela ? Oui, tu viens de le dire, je sais. T'as conscience de ce que risque les gens comme toi sur les mers, hein ? Tombes à l'eau et tu coules. Et je ne serais pas forcément là pour plonger te repêcher. Pas si j'suis occupé à casser les dents d'un équipage pirate, j'veux dire. Réfléchis bien à cela.

Qu'elle n'aille pas dire une fois au fond de l'eau qu'il ne l'avait pas prévenu... Maintenant que les choses étaient claires, tous deux allaient pouvoir se mettre aux choses sérieuses. Ou pas. Voilà l'autre qui s'emballe un peu trop à son goût. C'est quoi cette pluie de questions qui lui tombait sur le coin de la trogne ? Doucement gamine, t'es pas encore accepté qu'il se disait en l'observant dans son petit numéro. Il ouvrit la bouche pour la faire rasseoir lorsqu'une chose attira son attention. Cette Zora... cette flamme au bout de cette queue d'animal venant tout juste d'apparaître... Son fruit... un zoan ? En tant qu'ancien soldat, il connaissait évidemment les trois différents types de fruits maudits. Paramécia, zoan et logia.

Le premier offrait des capacités inhumaine à son détenteur, le second permettait la transformation en un animal et le dernier de devenir un élément. Zora Read semblait appartenir à la seconde catégorie. Intéressant. La curiosité de Bill venait d'être piqué au vif, et il n'aurait pas à prendre son mal en patience bien longtemps pour savoir en quoi elle pouvait se changer. Dès lors qu'ils auraient quittés cette taverne, la petite aurait à s'en servir, il n'en doutait pas. Si Mac Douglas Cartafine n'était pas venu au rendez-vous établi aujourd'hui avec son fournisseur, Daniels Strom, c'est qu'il avait été mis plus tôt au courant du piège qui l'attendait ici.

De ce fait, il devait s'être assuré que Bill ne puisse plus reprendre de telles initiatives une fois les pieds en dehors cet établissement. Une dizaine d'hommes demain de Mac Douglas devaient attendre à l'extérieur que le corsaire pointe le bout de nez. Enfin, tant qu'ils ne quittaient pas le bar, il n'y avait pas à s'en préoccuper pour le moment.

Cuisinière ? Tu pars avec un désavantage ma petite, j'aime pas la bouffe. Je mange simplement parce qu'il le faut, autrement je n'apprécie pas le goût de la nourriture. Aussi bien préparée puisse-t-elle être. Que ce soit un débutant aux fourneaux ou le meilleur des cuisiniers. Maintenant, je suis sûr que tu sauras te montrer utile tout de même.

Faisait-il exprès de ne pas lui révéler son identité ? Absolument pas. Il l'oubliait, tout simplement. Il déposa quelques pièces de berrys sur la table pour payer la soupe et fit signe à Zora de le suivre. Ce ne fut que lorsqu'ils se retrouvèrent finalement dehors, en haut des marches, qu'il la renseigna sur son nom. Accompagné d'une mise en garde qu'il jugeait nécessaire. Il faisait nuit noire, ouvrir les yeux tout en tendant l'oreille ne serait pas une mauvaise idée.

Au fait, moi c'est Bill. Bill Rikart. J'te conseille de ne pas relâcher ta vigilance jusqu'à ce qu'on soit arrivé. Au moindre mouvement suspect, fais signe. A la moindre agression, cognes. C'est bien compris ? Bien. En route.

Et ainsi, ils s'enfoncèrent dans la pénombre, sous une pluie battante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jambes fines et Grosse Moustache [PV Bill F. Rikart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Omega :: Zone RP :: Les Blues :: East Blue :: Loguetown-