RechercherAccueilMembresS'enregistrerConnexionFAQGroupes

Partagez | .
 

 Infirmière et petits bobos [FB Onihime Kawahide]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zora Read

Chien du Gouvernement
Chien du Gouvernement
avatar

Messages : 38
Points Omega : 6
Fonction : Cuisinière.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Zoan Légendaire du Kirin
Capacité 2:

MessageSujet: Infirmière et petits bobos [FB Onihime Kawahide]   Lun 26 Aoû - 12:55

Loguetown, il y a 3 mois de cela.

Zora était allongée sur sa couche du bateau de la Marine où elle officiait, une main sur son flanc où était comprimé un tissus ensanglanté, la vision brouillée. Elle entendait vaguement en bruit de fond que des personnes s'affairaient autours d'elle, sans vraiment distinguer ce qui se disait. Ce qui avait bien put se passer pour qu'elle soit dans cette état? Elle en avait un vague souvenir. Un mousse, un vol de nourriture, une remontrance et un pistolet que tout le monde croyait décharger. Ces bribes de mémoires, lui revenaient sans cesse au fur et à mesure que la fièvre empirait et que la sueur perlait un peu partout sur son front et son visage. La jeune femme se releva péniblement pour balbutier quelques mots incompréhensibles aux oreilles des personnes présentes dans la pièce, à savoir, le Capitaine du navire, le second et le navigateur. Ce dernier la recoucha et se fut le trou noir pour elle.

Le Capitaine la regarda d'un œil inquiet, évaluant la situation: sans la cuisinière leur retour en mer allait être compromis et il n'y avait personne d'assez compétent pour retirer la balle du corps de la belle sur ce navire depuis que le médecin c'était fait la malle, emportant avec lui une importante cargaison de rhum. Ils étaient bloqués à Loguetown, pour le moment. Une clameur s'éleva de dehors la cabine.

- Sauvons la cuisinière sexy!

Le gradé soupira...ah oui, il y avait ça en plus. Zora en plus d'être cuisinière, était la seule femme de l'équipage et sa seule présence suffisait à motiver les hommes. Une perle rare, depuis qu'il l'avait déniché, plus personne ne se plaignait non seulement de la qualité de la nourriture mais aussi de démotivation. Hop si on avait un coup de blues on allait directement discuter avec la jolie cuisinière et on était reparti pour la journée. C'était pratique et le fait qu'elle soit blessée et bien, c'était doublement fâcheux. L'homme croisa les bras et réfléchi un instant, il fallait bien faire quelque chose, l'emmener chez un médecin, mais pas n'importe lequel...

- Bien envoyez un message pour savoir si un autre équipage est sur Loguetown et si oui qu'ils nous fournissent un toubib.

Le second s’exécuta. L'attente fût de courte durée. Un médecin était en ville. Zora fût soulevée et transportée hors de la cabine. Les membres du navire s'écartèrent et laissèrent le Capitaine la transporter sur les quais de la ville.

- T'as vu on voyait sa culotte!

Mais la brune n'était pas en état de réagir, coincée dans un délire incorporant des cochons volants, des souris électriques à six bras et des pêches melba. On la trimbala jusqu'à une auberge où elle fut allongée à l'étage, en attendant que le médecin l’ausculte.

Elle fût réveillée par une douleur fulgurante au niveau de l'estomac. Elle se cambra et ouvrit les yeux. Le "médecin" était là et enfonçait deux doigts dans sa plaie. La fièvre au corps, la jeune femme réussit à articuler quelques mots en direction de sa tortionnaire.

- Non mais ça va pas non? T'es infirmière ou bouchère?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 19
Points Omega : 7

Database
Capacité 1: Paramecia des Coussinets
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Infirmière et petits bobos [FB Onihime Kawahide]   Lun 26 Aoû - 16:54

    « QUOAAAA ? »


Et on me tirait. Et on m'arrachait à ma base adorée. Par les pieds s'il vous plaît. Je ne savais même pourquoi on venait me chercher MOI. D'accord, pour soigner une femme soldat souffrante, mais bon... Je ne suis pas vraiment connue pour bien soigner... Eh mais attendez... Pourquoi je me sous-estime ? Bien sûr que je vais pouvoir la soigner ! Je lâche subitement l'encadrement de la porte et les deux soldats qui me tiraient, sont emportés par leur élan et moi avec ! je me retrouve sur l'un d'eux avec un grand sourire :

    « J'ai changé d'avis finalement ! Où est-ce qu'elle est ? »


Ils échangent un regard étonné, comme s'ils n'avaient jamais vu quelqu'un comme moi. Héhé. Je sais qu'on me trouve souvent étrange au premier abord, mais je suis en réalité super sympaaaaa !

***

    « Tu vas pouvoir faire quelque chose pour elle n'est-ce pas ? »

    « Hein ? Ah oui oui oui !... Euuuh... C'est juste que je n'ai pas l'habitude d'excercer en public !... Euuuuh... Vous avez du matériel sinon ? Avec l'empressement, j'ai oublié de prendre mes outils ! »


Trop de monde. Beaucoup trop de monde. Beaucoup trop d'yeux étaient fixés sur moi. Des soldats qui devaient faire un mètre quatre-vingt me toisaient avec des sourires taquins. Je parlais de matériel, mais à vrai dire... Euuuuh... Je n'ai jamais rien utilisé de tel. Quoi ? Charlatante ? Je ne vous permets pas ! J'ai ma propre vision de la médecine ! Mon fruit du démon était utile pour certains cas, comme faire des massages à des muscles fatigués ou bien encore décoincer le dos de quelqu'un... Enfin... Tout ce qui se rapporte au corps quoi ! Mais jamais, je n'avais opéré quelqu'un. Je ne savais pas du tout comment j'allais pouvoir soulager cette femme. Si belle d'ailleurs. Des formes généreuses, une peau pâle, des lèvres pulpeuses et des des cheveux noirs, brillants et lisses. De l'ébène. J'entendis le Capitaine soupirer derrière moi. J'empêchais mes pomettes de rougir sous la honte. Mais heureusement pour moi, il demanda à ce qu'on aille me chercher le nécessaire pour l'opération. Aïe.

Elle était insconsciente, mais elle semblait être agitée par des cauchemars. Je touchais d'abord son front couvert de sueur. Je fronçais alors les sourcils. Elle était bouillante de fièvre. Comme maman l'avait été. Mon regard détailla son corps allongé sur la table de la taverne, pour finalement s'arrêter sur son flanc gauche. Un tissu ensanglanté était comprimé dessus. Je sentis ma gorge se nouer et le stress me gagner. C'était vraiment rare que la pression monte d'un coup chez moi de cette manière. Avec nervosité, je m'adressais au Capitaine de cette troupe de soldats. Il s'agissait d'un équipage qui sillonait East Blue. Seulement, avec la blessure de leur cuisinière et l'absence de médecin sur leur navire, ils étaient coincés sur Logue Town.

Avec beaucoup de précaution, je soulevais légèrement le bandage improvisé. Un trou où le sang avait coagulé était apparent. Petit et rond. Elle avait reçu un projectile ou quoi ? La peau autour de la blessure était boursouflée et commençait à prendre une drôle de teinte violette. Et on m'avait appelé pour un « petit bobo ». Je me suis retournée vers le plus haut gradé avec un regard qui en disait long sur ce que je pensais. J'étais en colère. Et c'était rare. Comment pouvait-on laisser un de ses compagnons recevoir une aussi vilaine balafre ? Cela, je ne pouvais le comprendre.

    « Mais... Comment s'est-elle fait ça ? On dirait qu'elle est s'est pris une balle ! »


Un long blanc suivit ma question. J'ai froncé mon nez avant de reprendre :

    « Ah... Euuuuh... Donc, on lui a bien tiré dessus. Mais qu'est-ce qui s'est passé dans ce cas ? »

    « Hum... Eh bien... Il s'agit d'un accident à vrai dire... Je suppose que vous allez commencé votre travail... Nous allons vous laisser dans ce cas »


Héééé... Mais... Attendez un peu... Je n'ai pas eu de REPONSE ! Trop tard pour moi, ils sont tous déjà sortis, me laissant avec la patiente ainsi que le nécessaire à chirurgie. Je suis tombée à genous, complètement déconfite et j'ai commencé à parler tout haut :

    « Eeeeeh... Maaaais... Comment je fais maintenant ? Je ne peux pas la laisser mourir ! »


C'est vrai en plus ! Je m'étais juré de ne laisser personne aller dans l'au-delà comme maman ! Le seul problème... C'est que je ne faisais pas de « véritable médecine ». Cela avait certes quelques vertus thérapeutiques, mais je n'avais pas encore trouver le moyen de faire parvenir de « l'amour » aux blessés. Pourtant, je maîtrisais très bien mon fruit... Je ne comprends pas pourquoi ça ne marche pas... Même Soul m'avait ri au nez quand j'avais embrassé une vilaine écorchure. Je lui en avais d'ailleurs voulu durant tout une semaine. C'était peut-être drôle pour lui, mais c'était les seuls moyens que je connaissais pour soigner quelqu'un. Je me suis relevée avant de me remettre au coté de la malade. J'hésitais. Dans l'attirail qu'on m'avait apporté il y avait toutes sortes de choses pour taillader la chair. Pour moi, ça ressemblait plus à des armes, mais bon... Ils attendaient tous que je la sauve. Je ne pouvais pas laisser un équipage raconter ensuite que j'étais incompétente. J'ai pris mon courage à deux mains et avec une grimace de dégoût, tout en fermant les yeux, j'ai planté deux doigts dans sa blessure. L'effet fut immédiat, un électrochoc pour la malade !


Elle s'est relevée pour me fixer avec des yeux furieux... Du coup, je me suis tassé sur moi-même, parce qu'elle faisait vachement peur... Et elle m'asséna des paroles méchantes... Très blessantes... Les larmes me sont montées aux yeux pendant que ma lèvre inférieure tremblait. Je suis retombée à genoux sur le sol lamentablement pour pleurer :

    « Uuuuuuh... J'voulais pas te faire maaaal !... Dééésolée... Uuuuuh... »


J'étais une véritable fontaine et je sanglotais un peu, quand je finis par ajouter entre deux hoquets :

    « J'aimerais bien faire quelque chose, mais je peux paaaaaaaas... Uuuuh... Je sais paaaaas faire ! Tu vas mourir et on va me renvoyeeeeer... J'veux pas que tu meures moaaaaaa....Uwaaaaaah... »


Ce qui était la stricte vérité. Je ne voulais en aucun qu'elle meure d'une manière aussi horrible. Déjà qu'être mort, c'est terrible, alors à cause de moi ! Il était rare que j'admette mes faiblesses et tout... Je reste intelligente, hein ! Y'a juste des choses que je suis incapable de réaliser. Opérer, par exemple, ça, je ne sais pas faire. Je me suis mordu la lèvre avant de reconsidérer la belle et jeune femme qui me fixait avec ses yeux fiévreux. Je voyais bien qu'elle était mal ! Je voyais bien qu'elle faisait des efforts pour parler ! Et pourtant, je ne pouvais rien faire. Mes yeux couleur noisette étaient embués de larmes et j'avais le visage tout rouge à force de pleurnicher. Ah, elle était bien la Marine qu'on disait... J'étais décidément un piètre exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zora Read

Chien du Gouvernement
Chien du Gouvernement
avatar

Messages : 38
Points Omega : 6
Fonction : Cuisinière.
Localisation : East Blue.

Database
Capacité 1: Zoan Légendaire du Kirin
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Infirmière et petits bobos [FB Onihime Kawahide]   Mer 28 Aoû - 22:35

Zora malgré la fièvre poussa un loooooooooong soupir qui lui aussi en disait long. Cette personne n'étais visiblement pas médecin du tout, ni infirmière, ni quoi que ce soit qui s'approche du corps médical. Mais bon, la belle était conciliante avec ce genre d'escroc, surtout que celui-ci était visiblement une guimauve vivante, bien coulante, rose et avec des arcs-en-ciel qui lui sortent de partout. Sa fureur avait donc fait place à une profonde lassitude, elle se rallongea sur son lit et épongea son front sur lequel la sueur commençait à s'accumuler. L'autre pleurnichait et se répandait en excuse et elle, elle avait toujours mal. Une balle, elle s'en était prise une une autre fois, lorsqu'elle était pirate, là aussi un accident lors d'un abordage. Bizarrement, elle avait cicatrisé assez bien. Surement du au médecin du navire de son père qui savait y faire avec les blessures. Elle se redressa péniblement et se saisit d'un miroir rectangulaire posé sur la table de chevet. Elle jeta un coup d’œil rapide à l'autre qui semblait s’affaisser de plus en plus sur le sol. Elle grogna et tendit le miroir d'un geste brusque.

- Rends toi utile. Tiens moi ça.

Elle attendit que l'autre s'en empare fébrilement et elle posa ses mains sur celles du Bisounours. Elle avait les mains chaudes et tremblotantes. Zora guida ses mouvements de façon à ce qu'elle puisse observer sa blessure dans le reflet. C'était moche, mais moins pire que ce qu'elle pensait. Elle tâta la plaie ce qui lui arracha une grimace de douleur. Elle regarda l'autre qui était blanche comme un linge.

- Tu n'es pas médecin. Pourquoi te présenter en tant que tel? Et qu'est ce que quelqu'un qui a un cœur plus coulant que du caramel fait dans la Marine?

Elle n'attendit pas la réponse et mis le linge ensanglanté dans sa bouche. Elle réajusta le miroir que tenait l'imposteur dans ses mains frêles. Le sang suintait dans sa bouche, mais c'était mieux que rien. Elle enfonça deux doigts dans la blessure, non sans un gémissement de douleur. Elle chercha le projectile à tâtons. Une fois qu'elle l'eût trouvé, elle s'en empara et l'extirpa délicatement. Elle la déposa à coter d'elle, sur son lit et s'affala, les yeux au plafond. Sans regarder l'autre elle lui fit signe que tout était sous contrôle. Elle avait quand même envie de vomir, il faut dire que s'opérer soit même était une opération délicate et assez inédite pour la brunette. Elle son truc c'était la cuisine, pas la chirurgie. Quoi qu'elle était assez fière du résultat et de la précision dont elle avait fait preuve.

- Tu sais faire les bandages au moins? Non parce que j'ai fait tout le sale travail. Si tu ne veux pas que je te signale comme faux-médecin il va falloir me prouver le contraire.

Ce n'était pas méchant de la part de Zora. Elle allait aider ce sucre-d'orge vivant à rentrer dans le monde des grands et son entrainement démarré maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 19
Points Omega : 7

Database
Capacité 1: Paramecia des Coussinets
Capacité 2:

MessageSujet: Re: Infirmière et petits bobos [FB Onihime Kawahide]   Jeu 29 Aoû - 13:48

    « C... Comme ça, ça va ?... »


Je tenais fébrilement le miroir que m'avait tendu la belle dame. J'avais un teint de creux et les yeux rougis par les pleurs. Finalement, elle n'avait pas été aussi fâchée que ça. Elle avait juste soupiré... Et soupiré. Loooooongtemps. J'avais la bouche ouverte, attendant qu'elle rajoute quelque chose d'incroyable à la suite et... Elle m'a simplement demandé de tenir le miroir au-dessus de sa blessure. C''était un miroir magique ? Genre avec de la lumière et des couloirs qui apparaissent pour la soigner ? J'aimerais bien en avoir un moi aussi, ça serait pratique ! Quand elle eut bien regardé sa plaie, parce que bon, une glace ça sert aussi à ça à la base, hein, elle m'a dit en plusieurs phrases que je résumais par un seul mot : escroquerie !! Je ne connaissais peut-être pas la médecine traditionnelle, j'étais peut-être en train de l'apprendre, mais je n'étais pas une charlatante ! Cependant, elle avait répondu d'un ton si ferme que je ne pouvais répondre...

    « ... Désolée... Eh ! Ah ! Euuuh ! Bien sûr que je suis médecin !.... Enfin... A ma manière quoi ! Je n'ai pas encore vu tout le schmilbik, mais je sais faire plein d'autres choses comme... Euh... Plein de choses quoi !


J'ai soupiré moi aussi. Mes arguments avaient un faible poids face aux paroles de la belle dame. J'ai repris quand même ma défense avec le plus de conviction que je pouvais dans ma voix :

    « Je suis dans la Marine car j'ai juré fidélité au Commandant de la base de Logue Town ! Où qu'il aille, je serais à ses côtés et... MAIS ! Qu'est-ce que vous faîtes ?! »


Comment décrire ce spectacle horrifiquement monstrueux ?! Elle était... Elle-elle... Fouillait dans ses propres tripes pour enlever le projectile qu'elle s'était pris !! J'étais incapable de bouger, d'appeler qui que ce soit à l'aide pour arrêter cette boucherie. Le sang coulait, coulait... Et moi je tremblais de tous mes membres. La blessée finit par me montrer la balle qu'elle venait de sortir de son propre corps, à mains nues même. Le sang poisseux maculait les jointures de ses doigts. J'étais mortifiée par cette opération rapide, macabre et simplement glauque !

Elle m'a demandé avec un ton légèrement sec si je pouvais faire un bandage et qu'elle me signalerait en faux-médecin... Et... Et j'ai juste pu dire :

    « Gr-grand Macro, protégez-moaaaaa... »


Et... Euuuuh.... Bah... Je me suis évanouie. Étalée sur le sol. Hors-service. Knock out. Y'avait même mon âme qui commençait à sortir de moi.

***

    « Psychopathe !! »


Je murmurais ce mot tout bas, tout en tamponant doucement la plaie béante qu'elle avait tripoté avec ses mains sales. Si ça s'infectait, elle n'avait plus qu'à rejeter la faute sur elle-même. Bien qu'elle ait fait quelque chose dont je n'aurais certainement pas été capable, je gardais de sérieux griefs contre elle. Pourquoi ? Parce que si elle avait un mauvais ou je ne sais quoi d'autre, c'était ses tripes qu'elle massacrait ! Elle aurait pu mourir. Pour moi, c'était juste inconcevable qu'une patiente mette sa vie en danger de cette manière. D'ailleurs, je ne parvenais toujours pas à réaliser qu'elle ait pu s'opérer seule. Avec ses mains. En trifouillant dans ses propres tripes. Euuuurk. Répugnant. Je prenais le long rouleau qui allait me permettre de faire un bandage. J'en déroulais le début et demandais avec un sourire pour oublier ce mauvais moment :

    « Bon... Bin... Vous pouvez juste vous redresser ? Hein... Histoire que je finisse le « travail ». Vous n'avez pas trop mal quand même ? »


Je pouvais paraître harcelante, mais bon, je la laisserais pas repartir tant que je ne serais pas sûre que ce serait bon. Je commençais à dérouler la bande. Je me suis arrêtée avant de rajouter avec un grand sourire :

    « Hé... Vous savez quoi ?... Bah moi, je pourrais tout soigner... Grâce à l'amour ! »


Je continuais toujours avec mon rouleau. C'est qu'il était long ce bandage ! Et il allait falloir que j'enveloppe tout le ventre de la belle dame avec ? Hé ben... Ça va durer bien deux heures minimum si ça continue ! Pourquoi ils en font des si longs ? Plus petits, ça serait moins épais à la fin. Des bandages pour la tête, des bandages pour le corps. Comme ça, il n'y aurait pas de « trop » ou de « peu ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Infirmière et petits bobos [FB Onihime Kawahide]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Infirmière et petits bobos [FB Onihime Kawahide]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petits bobos = Ostéo(pathe) ?!
» recette de petits sablés
» Caromarpie : Mes petits bracelets
» Quiche de petits légumes
» les 3 petits cochons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Omega :: Zone RP :: Les Blues :: East Blue :: Loguetown-